Les leviers de l’auto coaching confrontés à des problèmes immobiliers !

Les leviers de l’auto coaching confrontés à des problèmes immobiliers !

Cet article est issu d’une expérience réelle assez éprouvante, dont les rebondissements dans le temps ont été révélateurs des ressources qu’il est possible de puiser en soi.

La vente de mon appartement à Argenteuil a été la source d’innombrables problèmes, rencontres éprouvantes sans parler du manque d’accompagnement humain et professionnel de l’agence immobilière qui devait me conseiller.

Je tiens à préciser que les agences Connexion de Bezons, Century 21 et Actif Immobilier de Bezons, ont été remarquablement à mes côtés pendant cette épreuve, avec humanité, sérieux et dévouement et sans intérêt. Je rends hommages à mon Notaire, ma Directrice de Banque et de prêt-relais, et à mes  ami(e)s fidèles, toujours présent(e)s.

Le but n’est pas de vous narrer dans le détail tous les aléas rencontrés lors de cette vente associée à un prêt relais, mais de m’appuyer sur certains pour dévoiler les mécanismes de l’auto coaching.

Un « Guide pratique pour les NULLS  » détaillé, en matière de vente immobilière sera publié sur le net et  joint à cet article.

Processus de deuil :

Vendre un bien dans lequel vous avez vécu une grande partie de votre vie est un acte non anodin. C’est le moment de trier, de classer, de jeter. Même si le moment est dur, il s’agit d’un passage obligé qui va vous permettre de vous projeter dans le futur.

Faire le deuil de sa vie passée, de ses souvenirs, n’est pas faire le deuil de soi. Au contraire, il va vous permettre d’instaurer un renouveau, de reconstruire son projet de vie.

Il ne s’agit pas d’oublier mais d’accepter pour mettre en place les fondations de son futur.

Apprentissage :

Alors que vous pensez avoir malgré tout un bon niveau de connaissances générales ou encore juridiques, attendez-vous à des surprises en cas de problèmes.

L’agence immobilière se doit par sa vocation, de vous informer, de vous accompagner, de piloter le dossier, et d’être transparente à tout moment et de faire en sorte que toutes les parties soient au même niveau d’informations en permanence.

Sinon, n’hésitez pas à creuser le sujet dans tout support (net, livres,  amis, conseillers, votre notaire, associations spécialisées…).

Si vous n’obtenez pas gain de cause, il reste encore l’action d’un huissier qui peut faire agir en votre lieu et place.

Avoir assez d’humilité pour reconnaître votre ignorance permet toujours d’être récompensé. C’est l’occasion d’apprendre de nouvelles données et surtout désapprendre ce qui n’est pas utile pour vous dans l’ici et maintenant.

Communication verbale non violente – Confrontation :

Alors que j’étais dans l’affect et dans les méconnaissances du monde immobilier, lorsque les problèmes sont apparus, sans assistance juridique, je me suis sentie un peu seule et déstabilisée.

Ignorante, j’ai eu tendance à faire confiance, à m’en remettre à… Quelle erreur ! Même si les rouages ou le langage métier vous échappent parfois, tenez bon. Personne ne doit abuser de son pouvoir et de ses connaissances.  La courtoisie doit rester présente, le langage modéré.

Quelqu’un qui vous « passe un savon » alors que vous êtes le client est une aberration. Allez-y, confrontez-le sur ce sujet. Il vous doit le respect et contractuellement des explications sur un mode verbal non-violent.

Pour éviter de subir ou de rentrer dans cette violence verbale :

– préparez vos entretiens,

– détendez-vous par tous les moyens (piscine, jardinage, lecture…)

– apprenez la bonne respiration, celle qui déstresse,

– MAIS AVANT TOUT, à chaque étape, refixez-vous votre objectif du moment.

L’objectif, associé aux contraintes, est le seul moyen d’avancer dans votre projet.

Lâcher-prise :

Lâcher-prise, c’est accepter ses limites. C’est aussi renoncer à vouloir tout contrôler.

Les émotions liées au passé empêchent d’avancer. Faire le deuil de certaines croyances permet de changer de méthode, de stratégie, c’est aussi changer soi-même dans le présent.

Identité et Rôle :

Parfois, les faits et les évènements vous assignent dans un rôle. En l’occurrence, dans ce cas, j’ai endossé pendant un moment celui de Victime, je le reconnais.

Victime de la lenteur administrative et bancaire, victime de manque de communication, victime d’un système et de vente et  d’achat dans le cadre d’un prêt-relais, victime de manque de connaissances, victimes de mes émotions…

Pendant longtemps, je n’ai  pas osé réagir. Lorsque j’ai compris que l’aide nécessaire ne viendrait pas de l’extérieur, mis à part le soutien de mes partenaires efficaces, et mes ami(e)s cités plus haut. J’ai enfin trouvé mes ressources intérieures.

Mon rôle devait changer, de victime j’ai endossé le rôle de chef de projet.

Cette vente est devenu mon Projet, avec un cahier des charges, un planning, des risques, un budget (qui a explosé d’ailleurs), tous les faits ont été tracés (comme des spécifications fonctionnelles) et surtout un Objectif…

Chef de projet :

Le fait que l’identité de rôle avait changé, je ne subissais plus les évènements, un certain détachement avait eu lieu. Seul l’objectif comptait. Malheureusement, les charges aussi…

L’affect, les émotions, les souvenirs n’avaient plus lieu d’être (le passé), de fait je me tournais vers l’avenir.

Conclusion :

Le positionnement  adopté a permis à l’ensemble des partenaires de cette vente, d’adopter une grande courtoisie à mon égard, sauf un seul partenaire qui continue à m’ignorer.

Les relations « humaines » et « humanistes » ne sont pas pour tout le monde!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *